Géographie

Saint-Mathieu-du-Parc est sise au gré du relief vallonné des Laurentides. L'environnement est représentatif de la région précambrienne des Grands Lacs et du Saint-Laurent. La région abrite une faune variée et abondante. Elle regorge de lacs, de ruisseaux, de chutes et de cascades.

Saint-Mathieu-du-Parc est située à la limite méridionale du Bouclier canadien, non loin de la ligne de rencontre avec les basses terres du Saint-Laurent.

La chaîne des Laurentides, vieille de plus de 955 millions d'années, aurait jadis atteint la hauteur de l'Himalaya. Au cours des centaines de millions d'années, ces montagnes ont été érodées jusqu'à leur racine.

Durant le dernier million d'années, le paysage a été remodelé par le passage de plusieurs glaciers continentaux qui ont recouvert l'Amérique du Nord jusqu'à la latitude de l'état de New York. Ces gigantesques glaciers, épais d'un à deux kilomètres ont aplani le relief, approfondi les vallées et même affaissé la croûte terrestre.

Le dernier glacier a entamé son recul vers le nord il y a environ dix milles ans. En fondant, il a abandonné dernière lui des volumes incroyables de débris rocheux et sablonneux, il a créé une multitude de lacs et libéré une quantité phénoménale d'eau.

La pédologie de la municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc témoigne de la présence de ces glaciers dans la région il y a des milliers d’années lorsque tout le territoire était recouvert par une épaisse couche de glace. En effet, on retrouve un phénomène rare présent dans quelques régions du Québec que l’on appelle esker. Cette formation glaciaire se présente généralement sous forme de butte allongée s’étendant sur plusieurs mètres de longueur voire même sur des kilomètres comme dans le cas de Saint-Mathieu-du-Parc. L’esker est long de 7,5 kilomètres et d’une largeur moyenne de 76 mètres. Son tracé débute sur la rive nord du lac Goulet pour ensuite passer sous le lac. Il est également à l’origine de la présence de l’île au lac Brûlé. Il longe le chemin Saint-Édouard jusqu’au lac Trudel vers le centre du village, séparant, au passage, le lac Bellemare en deux, créant deux presqu’îles qui entrent à l’intérieur du lac. Il continue son parcours jusqu’au lac Vert pour finalement s’arrêter aux lacs Gareau. La route 351 passe d’ailleurs sur l’esker, entre le petit et le grand lac Gareau.

Vous êtes ici: